2ème recueil

Se tenir à carreaux

De la glaise de la forêt de Chambiers
Nous sommes les fils, nous y sommes nés
Au village des Rairies
Nous y avons été cuits.

Nous y avons séché,
Nous nous sommes dessiqués.
De la terre crue,
Terre cuite, sommes devenus.

Entassés, brinquebalés, transportés
Nous avons atterri à Mazé
On nous a montés, assemblés
Tout au fond du grenier.

Nous avons connu les feuilles de tabac
Remuées, chaque jour, à la force des bras.
Remplacées, bientôt par les gerbes de blé
Battues, foulées, puis par le tarare, triées.

Après avoir longtemps attendu
Nous fûmes, un jour, descendus
Auscultés, lavés, triés et choisis
Nous fûmes, à nouveau, assemblés; ébahis.

Après toutes ces années, c’est d’un nouveau sol
Dont nous sommes les membres, sans espoir d’envol
Chaque jour, nous sommes foulés
De temps en temps, balayés, aspirés.

Dans nos joints, nos interstices
Des petits insectes, des fourmis, se glissent
Elles nous rappellent notre lointain passé de glaise
Avant qu’un jour, la pelle nous apaise
A devenir cet assemblage
De cette maison, le carrelage.

Se tenir à carreaux Lire la suite »

Point de fuite

Tu n’y penseras point,

Le poing arrive à point nommé
Pour mettre un point final
Au point de croix entamé

De moins en moins au point
De plus en plus au loin
Tout arrive à point
A qui sait attendre

La mise au point
C’est le choix
Du point visé
Du point de fuite

Sans prendre la fuite
Mais apprendre de suite
Le point à atteindre
Le point culminant

Point de fuite Lire la suite »

Larmes

Alarme !
Les larmes
Coulent
Roulent
Sur ses joues
Couvertes de boue.

Malgré le poids des ans,
Les yeux pourtant,
Etincèlent.

Je décèle
Ce qu’elle recèle.
Son port altier
Son costume soigné
Révèlent.

Elégance
Intelligence
Pensées subtiles.

Quel chagrin inutile
A pu la blesser
A l’en faire pleurer ?

Larmes Lire la suite »

Retour en haut